Une Femme du peuple

Une femme du peuple, 2ème prix concours de nouvelles , nov 2011

couvfemme1.jpg

 

 

Clémence sort, pelle et seau à la main, dans le réduit des Sions. Elle attend qu’Adolphe, son cheval harnaché, un beau hongre bai au poil luisant, ait tourné au coin de la Grand-Place où il prend son service à six heures. Elle ramasse le crottin, hoche la tête à son voisin en route pour la filature. La timbale de fer résonne au ceinturon ;  mal réveillé, l’homme zigzague par-dessus les sacs à livrer déposés devant l’épicerie. Elle remise son précieux butin dans le seau, court jusqu’à la remise à l’autre bout de la maison, dépose à sécher le colombin encore fumant sur la claie tressée, à côté de la réserve de charbon. Mêlé aux brindilles et aux rameaux morts, ce combustible lui servira à faire chauffer le petit poêle du magasin. Elle compte les fagots. Plus qu’une brassée.  L’hiver a été long. « Les hommes m’en ramèneront tout à l'heure », se dit-elle.

 

Clémence sort de sous le comptoir un petit crayon dont la mine sert à noter ses comptes et un carnet. Elle se ravise, ouvre le tiroir, en sort une plume en verre et un flacon d’encre. Elle en a rempli des pages cette plume, depuis qu’elle a quitté l’école !  Bonne élève, elle l’a reçue comme prix, six ans plus tôt. Elle attrape le carnet, en ôte une feuille blanche pour écrire sa lettre, place l’en-tête : « Cher Émile ». Puis, s’étant grattée le chignon par un trou de sa dentelle, s’applique, la bouche entrouverte : « Le courrier de l’Escaut de ce matin 9 avril »… Ah oui, la date ! Elle se reprend, note en haut de page à droite, comme les sœurs lui ont appris : « Le neuf avril 1895 », redescend, ajoute un « Mon » à « Cher Émile », hésite… poursuit : « m’ayant informée de votre prochaine arrivée de Bruxelles pour l’inauguration de la maison du peuple ». Elle marque un temps d’arrêt. Par le carreau, elle aperçoit Sophie sautant de la carriole d’Adolphe, son ventre bondissant hors de sa blouse comme une vessie de jeu d’enfant. La porte vibre en s’ouvrant sur son aînée.

Une femme forte et tendre, qui aurait pu être votre arrière grand mère.  

Nouvelle d'après une histoire vraie se passant en 1895.

Comment un évènement dans la vie de famille va toucher son destin de femme?

20 pages, format A5, couverture plastic, anneau de reliure,

Photo de couverture noir et blanc d'après une photo prise dans la ville de Tournai.

Collection MESSIAEN, 1926

Sur commande , Envoi postal ,cf bon de commande.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/10/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site